Autoroute 50 – Prolongement

Le projet du prolongement de l'autoroute 50 consistait à relier Gatineau (secteur Masson) à Lachute (90 km) par une chaussée à deux voies. Cet axe routier a permis de relier les villes de Gatineau et de Montréal, favorisant ainsi l'économie du Québec.

Les cinq tronçons de l'autoroute 50

Doherty—Montée Laurin—Thurso (13 km)

  • Cinq ponts d'étagement : chemin Robitaille, chemin du ruisseau d'Argent, montée Laurin, montée Ranger, montée Parent;
  • Un pont traversant la rivière Blanche;
  • Un échangeur rejoignant la route 317.

Thurso—Notre-Dame-de-Bonsecours (Montebello) (24 km)

  • Quatre ponts d'étagement : montée du Gore, montée Saint-François, montée Saint-Charles et chemin Saint-Hyacinthe;
  • Un pont traversant la rivière de la Petite-Nation;
  • Deux échangeurs : montée Papineau et route 321.

Notre-Dame-de-Bonsecours(Montebello)—Fassett (12 km)

  • Un pont d'étagement : côte Ezilda;
  • Un pont traversant la rivière Saumon (Kinonge);
  • Deux échangeurs : route 323 et montée Fassett.

Fassett—Grenville(18 km)

  • Quatre ponts d'étagement : montée Boucher, montée Fallon, montée Windfield et chemin Scotch;
  • Trois échangeurs : chemin Avoca, chemin de la rivière Rouge et chemin Scotch;
  • Un pont traversant la rivière Rouge;
  • deux ponceaux : petite rivière Saumon et rivière Calumet.

Grenville—Lachute(15 km)

  • Quatre ponts d'étagement : montée Hall, montée Rochon, montée de la Branche et route 148;
  • Deux échangeurs : route 148 et montée de la Branche;
  • Un viaduc ferroviaire de la compagnie Chemins de fer Gatineau-Québec.

Mode de réalisation

Les travaux de construction du prolongement de l'autoroute 50 ont été réalisés en mode traditionnels par le Ministère.

Le mode traditionnel consiste à confier la réalisation des travaux à différents entrepreneurs une fois les plans et devis détaillés de chaque lot achevé. Les entrepreneurs et les prestataires de services en conception, en surveillance, en maîtrise d'œuvre, en contrôle de qualité et en gestion de projet sont retenus par le Ministère à la suite d'appels d'offres publics.

Coût du projet

Le prolongement de l'autoroute 50 représente un investissement total de 800 millions de dollars répartis comme suit :

  • Contournement de Buckingham : Masson—Findlay—Doherty - route 309 : 57,5 M$
  • Doherty—Montée Laurin—Thurso : 89,5 M$
  • Thurso—Notre-Dame-de-Bonsecours (Montebello) : 270 M$
  • Notre-Dame-de-Bonsecours (Montebello)—Fassett : 160 M$
  • Pointe-au-Chêne—Grenville : 147 M$
  • Grenville—Lachute : 76 M$

Échéancier

  • Thurso - Notre-Dame-de-Bonsecours (Montebello) (24 km) : 2008-2012
  • Thurso - Notre-Dame-de-Bonsecours (Montebello) : 2006-2011
  • Notre-Dame-de-Bonsecours (Montebello) – Fassett : 2006-2011
  • Fassett – Grenville : 2006-2011
  • Grenville – Lachute : 2005-2008
  • Doherty - Montée Laurin – Thurso : 2004-2008

Environnement

Enjeux environnementaux

La protection du territoire et du patrimoine agricole

Au cours d'audiences publiques, le patrimoine agricole a été considéré comme l'une des principales préoccupations. Le tracé définitif a été choisi en maximisant sa préservation.

Des consultations effectuées auprès du milieu agricole ont permis d'identifier des tracés de moindres impacts que les tracés de référence établis dans les années 1975 et de prévoir des aménagements particuliers. Deux passages agricoles ont été construits afin d'harmoniser le corridor autoroutier avec les activités agricoles en bordure de celui-ci.

La conservation de l'habitat des cervidés et la prévention des accidents

Le projet a été modulé afin d'intégrer la présence de deux ravages de cervidés présents sur plus de 25 km compris entre Montebello et Grenville-sur-la-Rouge. Il importait de contrôler la circulation de la grande faune, de conserver son habitat et de réduire le risque de collisions avec les usagers de la route. Les aménagements suivants ont donc été intégrés au projet:

  • des clôtures de plus de 2 mètres de hauteur ont été aménagées sur plus de 25 km;
  • plus de 50 rampes d'échappement ont été installées tout le long de la nouvelle section de l'autoroute 50. Une rampe d'échappement est une sortie à sens unique qui permet aux cerfs de regagner leur habitat;
  • quatre passages inférieurs spécifiques pour la faune ainsi que des ponts permettent le passage de la faune d'un côté à l'autre de l'autoroute.

Les espèces rares et menacées

Le projet de prolongement de l'autoroute 50 a été réalisé dans un secteur où se concentre un grand nombre d'espèces végétales et animales (amphibiens et reptiles) rares ou susceptibles de le devenir. Des efforts particuliers ont été faits afin d'inventorier ces espèces et d'établir des mesures de protection, d'atténuation et de compensation.

Pour les espèces végétales, des zones de protection ont été identifiées sur les terrains appartenant au Ministère. Des colonies de plantes à statut précaire ont aussi été relocalisées et des graines ont été récoltées à des fins de conservation.

Pour ce qui est de la protection des espèces animales, le Ministère a effectué diverses interventions, entre autres :

  • l'aménagement d'un habitat du poisson sur la rivière Blanche et d'une aire de ponte pour la tortue serpentine;
  • l'aménagement d'un habitat pour la grenouille des marais;
  • la relocalisation d'un nid de balbuzards;
  • l'installation de nichoirs pour le merle bleu de l'Est;
  • l'aménagement de frayères à doré dans le ruisseau Pennisseault à Rapides-des-Joachims et dans un étranglement du lac McConnell.

Le Ministère a également acquis un alvar, situé à Quyon dans la municipalité de Pontiac. Il a aussi obtenu, à des fins de conservation, un terrain de 216 hectares dans la région de Bristol–Shawville. Cet habitat est particulier, car il comprend des milieux humides à grande biodiversité. Il sera remis à l'organisme Conservation de la nature du Canada et pourra, dans le futur, avoir le statut de réserve écologique.

Décrets obtenus par le Ministère

Le projet a aussi été soumis à la Commission de protection du territoire agricole du Québec. Toutes les autorisations ont été obtenues. Le 6 août 2008, l'autorisation environnementale en vertu de la Loi canadienne sur l'évaluation environnementale a été donnée pour le tronçon Thurso – Notre-Dame-de-Bonsecours.

Documentation

Communiqués

Photos

Haut de page