Vous êtes ici

5 octobre 2018

Gare aux cervidés%%: ils sont imprévisibles!

Québec, le 5 octobre 2018Le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports tient à rappeler à tous les usagers de la route d’être alertes et prudents lorsque des panneaux indiquent la présence de cerfs de Virginie ou d’orignaux. À ce sujet, un nouveau panneau de sensibilisation sera déployé aux abords des routes.

Le comportement de ces animaux est imprévisible. Il faut donc adopter une conduite sécuritaire et préventive.

  • Soyez attentifs aux panneaux signalant des risques élevés de collision avec le cerf de Virginie et l’orignal.
  • Balayez du regard la route et ses abords afin de rester alertes face à la présence d’animaux, et réduisez votre vitesse dans les secteurs où leur présence est signalée.
  • Ralentissez et klaxonnez si un cervidé se trouve aux abords de la route. Ses réactions sont imprévisibles. Ces animaux se déplacent souvent en groupe.
  • N’effectuez pas de manœuvre brusque pour éviter un animal au dernier moment. Un accident plus sérieux pourrait en résulter.
  • Prévenez les autres automobilistes de leur présence avec des signaux sonores ou lumineux.
  • Méfiez-vous des courbes, des pentes et de la végétation en bordure des routes qui réduisent la visibilité. Un cervidé pourrait en surgir brusquement.
  • Doublez de prudence durant les périodes où les risques de collision sont plus élevés, soit au lever et au coucher du soleil, et ce, jusqu’à la fin du mois de décembre.

Quelques faits

  • Il se produit chaque année plus de 7 150 accidents routiers impliquant la grande faune sur le réseau routier au Québec. Parmi ceux-ci, les accidents impliquant le cerf de Virginie sont en tête de liste avec en moyenne près de 6 450 collisions. On estime d’ailleurs à plus de 96,7 millions de dollars les coûts annuels qui y sont rattachés (Source : Société de l’assurance automobile du Québec)
  • Les risques de collision avec un orignal sont plus élevés aux mois de mai, juin et juillet, et à l’automne lors de la période d’accouplement, plus particulièrement au mois d’octobre.
  • La mise en place de clôtures et l’aménagement de passages fauniques ne sont pas toujours possibles, car le milieu où les cervidés se trouvent peut être bâti, habité et comporter de nombreux accès transversaux aux routes.

Haut de page