Vous êtes ici

3 novembre 2017

Le Gouvernement du Québec presse les ingénieurs de l’APIGQ de reprendre les négociations dans les meilleurs délais

Québec, le 3 novembre 2017 Le Gouvernement du Québec a invité, aujourd’hui, les 1 500 membres de l’Association professionnelle des ingénieurs du Gouvernement du Québec (APIGQ) à reprendre, dans les meilleurs délais, la négociation pour le renouvellement de leur convention collective. Le ministre responsable de l’Administration gouvernementale et de la Révision permanente des programmes et président du Conseil du trésor, M. Pierre Arcand, a rappelé que la négociation a débuté il y a près de trois ans.

Malgré une soixantaine de rencontres de négociation ayant eu lieu entre les parties patronale et syndicale, la dernière offre du gouvernement, présentée au cours de l’été, a été rejetée par l’Association ; depuis, les négociations n’ont pas évolué. Au total, le gouvernement a fait huit propositions officielles à la table de négociation.

Le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports, M. André Fortin, était présent aux côtés du président du Conseil du trésor, afin d’expliquer le programme d’inspection des structures qui composent le réseau du ministère. Ce programme permet de repérer tout défaut qui pourrait altérer les éléments d’une structure, de prendre les mesures qui s’imposent et de planifier les interventions au moment opportun. Ces inspections nécessitent le recours au service d’ingénierie.

Afin de limiter les entraves sur le réseau routier, le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports a fait une demande à l’Association professionnelle des ingénieurs du Gouvernement du Québec le 31 octobre dernier pour faire reconnaître l’inspection générale des 39 structures majeures à Montreal, Québec et Lévis comme étant des services essentiels.

Ce faisant, celle-ci pourrait être réalisée de nuit, durant les heures de grève, évitant ainsi des entraves supplémentaires aux usagers de la route et les risques associés, dont les accidents et la libre circulation des véhicules d’urgence. Hier en fin de journée, l’Association professionnelle des ingénieurs du Gouvernement du Québec n’a accepté que l’inspection de nuit de deux des 39 structures proposées, demandant un délai additionnel pour évaluer la liste des autres structures soumises. Devant l’importance de compléter ces inspections avant l’hiver, soit le 30 novembre pour Québec et Lévis et le 15 décembre pour Montréal, une demande a été déposée au Tribunal administratif du travail pour faire reconnaître ces inspections de nuit comme un service essentiel.

Depuis le début des pourparlers, à l’automne 2014, le gouvernement s’est entendu sur le renouvellement des conventions collectives de près de 510 000 employées et employés des secteurs public et parapublic, ce qui représente 96 % du personnel syndiqué. Ces ententes ont été conclues en respectant le cadre financier du gouvernement.

Citations

Les ingénieurs ne peuvent plus étirer le processus en cours et doivent reprendre très rapidement les négociations de manière constructive. Notre gouvernement souhaite en venir à une entente négociée, et ce, à l’avantage des deux parties. Je rappelle toutefois aux membres de l’Association qu’un contexte de négociation nécessite certains compromis de part et d’autre de la table, ce que la partie patronale a mis en pratique depuis le début des pourparlers. Il faut maintenant que les ingénieures et ingénieurs reviennent négocier et qu’ils amorcent avec nous les travaux qui mèneront à une entente qui respecte le cadre financier du gouvernement. 

Pierre Arcand, ministre responsable de l’Administration gouvernementale et de la Révision permanente des programmes et président du Conseil du trésor

Nous sommes conscients des problèmes qu’occasionneraient des inspections réalisées de jour. Les impératifs de sécurité liés à ces inspections a amené le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports à faire une demande à l’Association qui aurait permis de reconnaître l’inspection des structures comme étant des services essentiels et ainsi réaliser celle-ci de nuit. Malheureusement, devant les délais additionnels exigés par l’Association professionnelle des ingénieurs du Gouvernement du Québec, le litige a dû être porté à l’attention du Tribunal administratif du travail. 

André Fortin, ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports

Documentation

Haut de page