Vous êtes ici

20 mars 2017
Radars photo et surveillance aux feux rouges

Dépôt du quatrième rapport d’évaluation annuel sur les radars photo et les appareils de surveillance aux feux rouges

Québec, le 20 mars 2017 Comme le prescrit la loi, le Rapport d’évaluation sur les radars photo et les appareils de surveillance aux feux rouges a été déposé le 14 mars 2017 à l’Assemblée nationale par le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports, M. Laurent Lessard.

Il s’agit du quatrième rapport d’une série de cinq. Il est produit dans le but de s’assurer que le déploiement se fait conformément aux orientations retenues par les parlementaires. Il rend compte de l’utilisation des technologies de contrôle automatisé.

Citation

Depuis leur implantation en 2009, les radars photo et les appareils de surveillance aux feux rouges se sont montrés des plus efficaces pour réduire le nombre d’accidents. Ces appareils s’avèrent donc des outils de sécurité routière incontournables sur les routes du Québec. Je remercie d’ailleurs tous nos partenaires qui, grâce à leur collaboration et à leurs efforts, contribuent à l’amélioration du bilan routier. Enfin, j’encourage nos concitoyens à poursuivre leur engagement à l’égard de la sécurité routière en adoptant en tout temps un comportement responsable sur les routes.

Laurent Lessard, ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports

Faits saillants

Au Québec, plus de 50 appareils de type fixe ou mobile, bien identifiés sur le réseau par des panneaux de signalisation en amont des sites surveillés, assurent le contrôle des limites de vitesse et des passages aux feux rouges dans plus de 150 emplacements.

La Loi modifiant l’encadrement de l’utilisation des cinémomètres photographiques et des systèmes photographiques de contrôle de circulation aux feux rouges et d’autres dispositions législatives prévoit que, le 6 décembre 2013 au plus tard, le ministre des Transports fera rapport sur l’usage des radars photo et des appareils de surveillance aux feux rouges au gouvernement et ensuite à l’Assemblée nationale, puis tous les 12 mois pendant 4 ans.

Le rapport 2016 présente l’information relative au fonctionnement des appareils, à la signalisation et au Fonds de la sécurité routière. Il rend également compte du déploiement de la phase 2 et du projet pilote de coopération municipale. Enfin, il dresse le bilan de l’utilisation des appareils et du traitement des infractions.

Lien connexe

Haut de page