1er août 2019

Le gouvernement du Québec confirme son engagement envers les travailleurs mohawks pour les travaux sur le pont Honoré-Mercier

Montréal, le 1er août 2019Le ministre des Transports, M. François Bonnardel, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, M. Jean Boulet, et la ministre responsable des Affaires autochtones, Mme Sylvie D’Amours, confirment l’engagement du gouvernement du Québec de prioriser, sans égard à l’entrepreneur retenu, les travailleurs mohawks pour les travaux de maintien de la portion provinciale du pont Honoré-Mercier ainsi que pour son projet de reconstruction actuellement inscrit en planification au Plan québécois des infrastructures 2019 2029​.

Le Québec réaffirme également sa reconnaissance de la compétence de Kahnawà:ke, exercée par son bureau du travail, de statuer sur la qualification des travailleurs et des entrepreneurs mohawks pour ces travaux, comme le prévoit l’Entente en matière de travail en vigueur. Cette entente établit le régime de travail de Kahnawà:ke en matière de construction, d’indemnisation des accidents du travail et des maladies professionnelles ainsi que de santé et de sécurité au travail sur le territoire.

L’entente signée entre le Conseil mohawk de Kahnawà:ke et le gouvernement du Québec stipule également que chaque travailleur de Kahnawà:ke dispose du choix de travailler sur le pont Honoré-Mercier en tant que membre d’un syndicat ou non. Des discussions ont eu lieu avec l’Association internationale des travailleurs en ponts, en fer structural, ornemental et d’armature pour que le pont Honoré-Mercier soit considéré comme un « chantier ouvert », dans lequel les travailleurs syndiqués et non syndiqués pourront travailler côte à côte sans pénalité.

Le pont Honoré-Mercier est une infrastructure stratégique essentielle à la mobilité dans la région métropolitaine de Montréal. Différentes interventions sont requises pour son maintien. Le gouvernement du Québec se réjouit de confier ces travaux de première importance aux travailleurs mohawks de Kahnawà:ke. Compte tenu de son emplacement physique, le pont fait partie de la vie quotidienne de Kahnawà:ke depuis sa construction il y a 85 ans. Son entretien a permis d’avoir recours à de nombreux ouvriers de Kahnawà:ke.

La riche tradition historique des monteurs de charpentes métalliques de Kahnawà:ke est reconnue dans toute l’Amérique du Nord, ainsi que l’importance du pont Honoré-Mercier pour la communauté mohawk de Kahnawà:ke. Le Canada a officiellement reconnu ce fait en privilégiant le recours aux travailleurs mohawks dans son décret de 1932, lequel indique que la main-d’œuvre autochtone doit être privilégiée.

La ministre responsable des Affaires autochtones et ministre responsable de la région des Laurentides, Mme Sylvie D’Amours, précise que le gouvernement du Québec a à cœur le développement économique et l’épanouissement des communautés autochtones. En plus de participer au renforcement des relations entre Québec et la communauté mohawk de Kahnawà:ke, la collaboration annoncée pour les travaux du pont contribuera à créer des emplois pour ses membres. La ministre se réjouit à l’avance des retombées positives qu’aura ce chantier.

Lien connexe

Suivez-nous sur Twitter​ et sur Facebook.