Emplacements des radars photo et des appareils de surveillance aux feux rouges

Cette section présente ​​les cartes des emplacements des radars photo et des appareils de surveillance aux feux rouges classées par région. Les radars photo et les appareils de surveillance aux feux rouges utilisés dans une zone scolaire ou une zone de chantier routier ne sont pas indiqués sur ces cartes.

La liste des zones d​e chantiers routiers ciblées par les radars p​​hoto est présentée sur le site Québec 511.

Sélection des emplacements des radars photo et des appareils de surveillance aux feux rouges

Dans un premier temps, les villes et le Ministère déterminent des sites où l’utilisation des radars photo ou des appareils de surveillance aux feux rouges serait appropriée. Par la suite, un comité d’experts, composé de représentants du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports, du ministère de la Sécurité publique, de la Sûreté du Québec et, lorsqu’elles sont concernées, des villes (services de transport et de police), choisit les sites en fonction de critères précis tels que :

  • une problématique d’accidents liés à la vitesse ou à des passages interdits aux feux rouges;
  • les caractéristiques géométriques du site;
  • la faisabilité d’y déployer un appareil;
  • la difficulté d’exercer une surveillance policière traditionnelle.

Les sites retenus sont proposés aux ministres des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports et de la Sécurité publique. Ceux-ci déterminent par arrêté ministériel les chemins publics où ces appareils peuvent être utilisés.

Il est à noter que, depuis le 6 juin 2012, les radars photo et les appareils de surveillance aux feux rouges peuvent être utilisés :

  • sur tout chemin public déterminé par le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports et le ministre de la Sécurité publique, après consultation de la municipalité responsable de l'entretien de ce chemin. Dans la détermination de l'endroit où il y aura surveillance, les ministres peuvent tenir compte notamment de son caractère accidentogène;
  • dans une zone scolaire, comme défini par règlement du ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des Transports;
  • dans une zone de chantiers routiers.
Haut de page