Route 138 en Basse-Côte-Nord – Bonification

​​​​​​Le territoire de la municipalité régionale de comté Le Golfe-du-Saint-Laurent se caractérise par un réseau routier non relié au reste du Québec. Entre Kegaska et Vieux-Fort, on compte environ 400 km qui ne sont pas rattachés à la route 138 et donc au reste de la province.

Près de 5 000 résidentes et résidents sont répartis dans 5 municipalités, 1 territoire non organisé et 2 communautés autochtones. La population de la Basse-Côte-Nord doit ainsi compter sur des services maritimes ou aériens pour subvenir à ses besoins en approvisionnement et en mobilité, ainsi que sur la Route blanche, en saison hivernale.

Dans cette optique, le projet de prolongement de la route 138 vise à :

  • relier les communautés de la Basse-Côte-Nord entre elles et au reste du Québec;
  • améliorer la desserte et réduire l’enclavement des communautés locales.

De manière plus précise, l’aboutissement de ce projet permettra de :

  • contribuer au développement économique et social;
  • encourager le développement du potentiel touristique de la région;
  • soutenir l’entrepreneuriat et la création d’entreprises;
  • améliorer les perspectives de diversification de l’économie locale;
  • améliorer l’accès à des services variés et de qualité (éducation, santé, sécurité publique, etc.).

Ayant toujours été concernés par le désenclavement de cette partie du territoire, les gouvernements du Québec et de Terre-Neuve-et-Labrador ont conclu une entente de coopération en avril 2018.Cette entente vise notamment à développer le réseau routier entre les deux provinces.

Le prolongement de la route 138 est un projet de grande envergure. Les travaux doivent s’effectuer dans un secteur où les conditions géographiques, physiques et environnementales sont particulièrement complexes.

Avancement du projet

Les travaux ont été annoncés pour les tronçons situés entre Kegaska et La Romaine et entre Tête-à-la-Baleine et La Tabatière. Les tronçons entre La Romaine et Tête-à-la-Baleine et entre La Tabatière et Vieux-Fort sont, quant à eux, à l’étude. Voici un aperçu des étapes franchies et de celles à venir.

Kegaska à La Romaine et Tête-à-la-Baleine à La Tabatière (tronçons en réalisation)

Les plans et devis pour la première phase du tronçon entre Kegaska et La Romaine sont maintenant terminés. Les travaux, qui se dérouleront sur près de 11 kilomètres, doivent être amorcés à l’été 2021. Le Ministère réalise présentement les plans et devis pour les deux lots du tronçon situé entre Tête-à-la-Baleine et La Tabatière.

Par ailleurs, le Ministère a également signé deux nouvelles ententes-cadres avec le Conseil des Innus d’Unamen Shipu et le Conseil de la Première Nation des Innus de Nutashkuan. Ces ententes permettent d’aller de l’avant avec les travaux de construction du tronçon situé entre Kegaska et La Romaine. En 2019, le Ministère avait également signé une entente-cadre avec la communauté de Pakuashipi concernant la réalisation du lien routier entre Tête-à-la-Baleine et La Tabatière.

Quatre kilomètres ont déjà été construits pour le tronçon entre Kegaska et La Romaine, qui fait un peu moins de 50 kilomètres. Pour celui entre Tête-à-la-Baleine et La Tabatière, qui parcourt un peu moins de 40 kilomètres, ce sont 8 kilomètres qui ont été réalisés.

La Romaine à Tête-à-la-Baleine et La Tabatière à Vieux-Fort (tronçons à l’étude)

Concernant les tronçons à l’étude, le Ministère a octroyé le mandat de la mise à jour de l’étude d’opportunité à Groupe mobilité Basse-Côte-Nord, un consortium formé des firmes Stantec et Tetra Tech. Puisque la dernière étude remonte à près d’une vingtaine d’années, cette mise à jour prendra en compte les nouveaux besoins, notamment ceux liés aux technologies de l’information et des communications ainsi qu’à l’évolution des exigences environnementales. L’étude s’échelonnera sur deux ans, soit jusqu’en 2023.

De façon parallèle, la réalisation de l’étude de reconnaissance des sols est en cours et devrait être terminée d’ici la fin de 2021. Les activités réalisées ou prévues sont les suivantes :

  • une photo-interprétation des grands types de matériaux de surface dans l’axe préliminaire du tracé projeté de la route a été réalisée à l’hiver et au printemps 2021;
  • une cartographie (relevés de terrain) qui permettra une validation de la photo-interprétation et l’identification des sources potentielles de matériaux d’emprunt sera réalisée dans l’axe préliminaire du tracé projeté de la route au printemps et à l’été 2021;
  • des forages géotechniques profonds (relevés de terrain) pour valider les sols dans les secteurs sensibles, comme les sites de structures majeures, sont en cours jusqu’à l’automne 2021.

Cette étude permettra de préciser les tracés préliminaires et d’évaluer leur faisabilité. Également, les données obtenues serviront dans le cadre de l’étude d’opportunité.

Échéancier

Tronçons en réalisation

Tronçon situé entre Kegaska et La Romaine :

  • Les travaux de construction s’amorceront à l’été 2021 près de La Romaine, pour la phase I. Ils seront réalisés par la communauté d’Unamen Shipu, située à proximité.
  • Le déboisement des phases II et III devrait débuter à l’automne 2021 et se poursuivre à l’hiver 2022.
  • Les travaux de construction pour les phases II et III devraient débuter respectivement en 2023 et en 2022.

Tronçon situé entre Tête-à-la-Baleine et La Tabatière :

  • Les travaux de construction devraient débuter en 2022.

Tronçons à l’étude

La mise à jour de l’étude d’opportunité durera environ deux ans, soit jusqu’en 2023. Elle nécessite la réalisation de plusieurs études :

  1. Étude des besoins : collecte et mise à jour des données (environnement, réseaux de transport, socio-économiques, etc.);
  2. Étude des solutions : analyse des solutions de transport (bonification des tracés et des autres solutions, priorisation des interventions, etc.);
  3. Étude économique sur la solution retenue.

Lorsque l’étude d’opportunité aura été réalisée, l’étape suivante sera l’élaboration du dossier d’opportunité. Ce document est requis en vertu de la Directive sur la gestion des projets majeurs d’infrastructure publique. Le dossier d’opportunité permet au gouvernement d’identifier la solution de mobilité optimale à long terme.

Coûts du projet

Le coût total des deux tronçons en réalisation est estimé à 695,5 millions de dollars. Les travaux seront financés à hauteur de 225 millions de dollars par la Société du Plan Nord, de près de 286 millions de dollars par le ministère des Transports du Québec et de près de 185 millions de dollars par le Nouveau Fonds Chantiers Canada – volet Infrastructures provinciales-territoriales – Projets nationaux et régionaux du gouvernement du Canada.

Quant aux tronçons à l’étude, il est trop tôt pour avoir ces informations les concernant. Le coût sera précisé au terme du dossier d’affaires.

Documentation

Projet

Carte

Communiqués

Bulletin d’information