Autoroute%%35 entre Saint-Jean-sur-Richelieu et la frontière américaine%%– Construction

​​​​​​​​​​​​​​​À l’origine du projet, l’ense​mble du corridor Montréal-Boston était desservi par des autoroutes, à l’exception du tronçon de 37,9 km sur la route 133 situé entre Saint-Jean-sur-Richelieu et la frontière américaine (poste frontalier de Saint-Armand/Philipsburg).

Le projet de co​​nstruction de l’autoroute 35 (autoroute de la Vallée-des-Forts) vise à :

  • terminer ce lien essentiel de près de 500 km entre Montréal et Boston pour améliorer la mobilité des personnes et des marchandises;
  • améliorer la sécurité routière et la qualité de vie des riverains de la route 133 en diminuant le camionnage sur la route nationale.

L’État du Vermont est l’un des principaux partenaires commerciaux du Québec. Pour connaître la nature des échanges du Québec avec la Nouvelle-Angleterre, visitez le site d’Export Québec du ministère de l’Économie et de l’Innovation.

Échéancier

​​​​​​Vu son ampleur, le projet de construction de l’autoroute 35 a été divisé en quatre phases.​​

Étapes en cours

  • Phase III – de la route 133, à Saint-Sébastien, jusqu'à la jonction de la route 133 et des chemins Champlain et du Moulin, à Saint-Armand (8,9 km) - août 2020 à automne 2023

Étapes à venir

  • Phase II (finalisation) – construction de l’échangeur Saint-Alexandre
  • Phase IV – de l’intersection de la route 133 et des chemins Champlain et du Moulin, à Saint-Armand, jusqu’à la frontière américaine (4,5 km)

Étapes terminées

  • Phase I – de l’échangeur, à Saint-Jean-sur-Richelieu, à la route 227, à Saint-Alexandre (9,8 km) : 2009 à octobre 2014
  • Phase II – de la route 227 jusqu’à l’échangeur avec la route 133, à Saint-Sébastien (14,7 km) : 2009 à octobre 2014

Avancement et travaux

Phase III – entre Saint-Sébastien et Saint-Armand

Vu l’importance des travaux à réaliser, ceux-ci ont été divisés en deux lots.

Premier lot – de Saint-Sébastien à Pike River (travaux en cours)

  • La construction de l’autoroute 35 à Saint-Sébastien et à Pike River sur une distance de 4,2 km est terminée tout comme le pont d’étagement de la route 202, qui passe au-dessus de la future autoroute 35 (mais sans accès direct à l’autoroute). La mise en service de la phase III de l’autoroute est prévue à l’automne ​​2023, tandis que les aménagements paysagers seront complétés en 2022.

Deuxième lot – de Pike River à Saint-Armand (septembre 2021 à automne ​2023)

  • Prolongement de l’autoroute 35 (deux voies par direction) du chemin Molleur, à Pike River, à la jonction de la route 133 et des chemins Champlain et du Moulin, à Saint-Armand.
  • Construction d’un pont au-dessus de la rivière aux Brochets, à Pike River.
  • Aménagement d’un échangeur à la jonction de l’autoroute 35, du chemin Champlain et de la route 133, à Saint-Armand.
  • Aménagement d’un carrefour giratoire à l’intersection de la route 133 et des chemins Champlain et du Moulin, à Saint-Armand.
  • Construction et installation de deux ponceaux, un au-dessus du ruisseau Louis-Rocheleau et l’autre au-dessus du cours d’eau Edwin à Pike River.
  • Poursuite des activités immobilières et de la planification du déplacement des équipements de services publics.

L’ensemble des autorisations environnementales requises ont été obtenues pour la réalisation des travaux du deuxième lot de la phase ​III. La surveillance environnementale s’effectue à toutes les phases, qu’il s’agisse des travaux préalables à la construction, de la construction ou encore de l’exploitation et de l’entretien de l’infrastructure pour une période minimale de cinq années suivant la mise en service.

Phase IV – entre Saint-Armand et la frontière américaine

Le projet pour ce tronçon est inscrit au Plan québécois des infrastructures (PQI) dans la catégorie en planification.

  • Le contrat afin d’actualiser l’avant-projet définitif et de préparer les plans et devis a été octroyé au cours de l’hiver 2021.
  • La réalisation des activités immobilières se poursuit et les études environnementales sont en cours.
  • La phase IV est inscrite à la Loi concernant l’accélération de certains projets d’infrastructure.

Phase II – construction de l’échangeur Saint-Alexandre

En 2005, le ministère des Transports a présenté, au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), un projet proposant le déplacement de la route 227 vers l’est (dans le prolongement du rang des Soixante).

Afin de se conformer aux avis du BAPE, le Ministère a proposé un échangeur à la jonction de la route 227 suivant le tracé actuel (rang des Dussault) et a obtenu les décrets autorisant la construction de cet échangeur. La Municipalité de Saint-Alexandre s’oppose à cet emplacement et souhaite que le projet soit réalisé selon un des scénarios présentés au BAPE en 2005.

Une décision du Tribunal administratif du Québec concernant l’utilisation de terres à des fins autres que l’agriculture a été rendue en décembre 2012 en faveur de la Municipalité, qui souhaite que l’échangeur soit construit dans le prolongement de la route 227 (rang des Soixante).

Ainsi, le décret 667-2021 en date du 12 mai 2021 autorise la reconfiguration et la relocalisation de l’échangeur de l’autoroute 35 situé dans la municipalité de Saint-Alexandre impliquant également la construction du prolongement de la route 227 entre le chemin de la Grand-Ligne et l’autoroute 35 ainsi que la construction d’un chemin de desserte reliant l’échangeur à la montée de la Station.

Le projet est à l’étape de la préparation des plans et devis. Il est inscrit dans le cadre de la Loi concernant l’accélération de certains projets d’infrastructures​. ​Il est à noter qu’un pont d’étagement a été construit dans le secteur pour permettre de franchir l’autoroute 35.

Gestion de la circulation

De façon générale, pour 2021, les travaux du deuxième lot de la phase III requerront peu d’entraves. Celles-ci seront annoncées par voie de communiqués et seront diffusées sur Québec ​511​

Coûts et financement

Le coût global pour la réalisation de la phase III du projet est de 222,9 M$, incluant une contribution financière de 82,1 M$ du gouvernement fédéral dans le cadre du Nouveau Fonds Chantiers Canada 2014-2024.

Le coût pour la réalisation de la phase IV du projet sera précisé lorsque l’ensemble des études pour celle-ci sera terminé et que les autorisations gouvernementales auront été obtenues. Le gouvernement du Canada s’est engagé à investir 13 M$ dans le cadre du Fonds sur l’infrastructure frontalière.

Le coût des phases I et II, y compris la construction à venir de l’échangeur Saint-Alexandre, est de 244,7 M$. De cette somme, le gouvernement du Canada a contribué à la hauteur de 44 M$.

Consultations

Le projet de construction de l’autoroute 35 a fait l’objet d’une audience publique en 2005. Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), chargé d’étudier le projet, a rendu public son rapport en mars 2006. Afin d’intégrer certains des constats et avis émis par le BAPE, le Ministère a ajusté le projet initial de manière à réduire ses impacts sur les milieux agricoles et naturels et à favoriser une intégration harmonieuse du tronçon autoroutier à l’environnement.

Le gouvernement du Québec a adopté deux décrets le 1er août 2007 :

Ce projet a aussi fait l’objet d’une étude approfondie en vertu de la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale. Le Ministère a obtenu, le 11 décembre 2008, l’autorisation des autorités responsables.

Documentation

Cartes

Illustrations

Communiqués

Photos, simulations et vidéos

Nous joindre

Pour toute demande de renseignements ou plainte ou pour tout commentaire lié au projet de construction de l’autoroute 35, vous pouvez communiquer avec nous par téléphone en composant le 511 ou en remplissant le formulaire en ligne.