Vous êtes ici

Évolution des enquêtes origine-destination de la région de Québec

La première enquête origine-destination de la région de Québec s’est déroulée en 1977. Par la suite, les enquêtes se sont tenues tous les 5 ans, soit en 1981, 1986, 1991, 1996, 2001, 2006 et 2011. La neuvième enquête aura lieu à l’automne 2017. L’évolution des enquêtes origine-destination de la région de Québec a porté aussi bien sur l’organisation que sur la couverture des enquêtes.

Partenaires des enquêtes origine-destination de la région de Québec

Les quatre premières enquêtes régionales de la région de Québec ont été menées par la Commission de transport de la Communauté Urbaine de Québec (CTCUQ), devenue le Réseau de transport de la Capitale.

Les enquêtes origine-destination présentent un grand intérêt auprès des acteurs de la planification urbaine, plusieurs d’entre eux se sont donc progressivement ralliés à l’exercice :

  • Les enquêtes de 1996 et 2001 ont été menées par le Réseau de transport de la Capitale et le Ministère.
  • L’enquête de 2006 a été menée par le Réseau de transport de la Capitale, le Ministère et la Société de transport de Lévis.
  • L’enquête de 2011 a été menée par le Réseau de transport de la Capitale, le Ministère, la Société de transport de Lévis et la Communauté métropolitaine de Québec.
  • L’enquête de 2017 est menée par le Réseau de transport de la Capitale, le Ministère, la Société de transport de Lévis, la Communauté métropolitaine de Québec ainsi que les villes de Québec et de Lévis.

Territoire des enquêtes origine-destination de la région de Québec

Le territoire des enquêtes origine-destination de la région de Québec s’est plusieurs fois étendu entre 1981 et 2006. Il demeure le même depuis 2006.

L’enquête réalisée en 1977 couvrait le territoire de la CTCUQ.

L’enquête de 1981 couvrait tout le territoire de la CTCUQ, auquel se sont ajoutées les municipalités de Saint-Augustin-de-Desmaures, de Val-Bélair ainsi que 12 municipalités de la rive sud.

Toutefois, seuls les déplacements touchant la rive nord étaient répertoriés. Le territoire est demeuré le même pour l'enquête de 1991. Cependant, grâce à la contribution financière du Ministère, les déplacements effectués par les résidents de la rive nord et de la rive sud ont été répertoriés.

La participation technique et financière du Ministère a permis l’élargissement du territoire à 47 municipalités en 1996, puis davantage en 2001, pour inclure, à l'est, Saint-Joachim, Saint-Ferréol-les-Neiges et Saint-Tite-des-Caps et, à l'ouest, Pont-Rouge, Neuville et Donnacona.

En 2006, le territoire couvert s’est encore agrandi pour inclure, sur la rive nord, la municipalité de Lac-Sergent et, sur la rive sud, celles de Saint-Antoine-de-Tilly, Saint-Apollinaire, Saint-Charles-de-Bellechasse, Saint-Michel-de-Bellechasse et Saint-Vallier.

Technologie relative à la collecte des données

Avant 1986, toutes les informations recueillies lors des entrevues étaient manuscrites puis informatisées. À partir de cette date, la saisie et l’entrevue ont été effectuées simultanément à partir de terminaux liés au système informatique de la CTCUQ, et des mécanismes de vérification ont été intégrés au système. Cette nouvelle manière de procéder a permis un traitement plus rapide d’un plus grand nombre de données.

En 2001, les intervieweurs ont utilisé pour la première fois le logiciel SAQE (Saisie assistée des questionnaires d’enquête) pour la saisie interactive des données. Ce logiciel a été mis au point par le Ministère, qui l’a amélioré pour l’enquête de 2006. Pour cette enquête, le Ministère l’a doté d'un tutoriel destiné à former tous les intervieweurs. De plus, les données ont été recueillies au moyen d’un système de gestion des appels et de composition automatique des numéros de téléphone. Ces améliorations ont permis d’accroître la productivité du centre d’appels.

Informations recueillies

En 1991, la participation du Ministère a permis d’étoffer le questionnaire par l'ajout de questions sur la profession et le lieu habituel d'études ou de travail des personnes.

En 1996, une collecte plus exhaustive des chaînes de déplacements a permis de recueillir un grand nombre de déplacements secondaires se déroulant à l’intérieur d’un déplacement principal. Par conséquent, un plus grand nombre de déplacements dont le motif est « Autres » (p. ex. : aller chercher ou reconduire un enfant à la garderie, arrêter à l’épicerie pour y faire un achat, passer chez le nettoyeur) a été enregistré.

En 2011, les intervieweurs recueillent pour la première fois des informations sur les déplacements réalisés en fin de semaine par les membres du ménage.

En 2017, en plus des entrevues téléphoniques habituelles, une collecte complémentaire de données sera effectuée au moyen d’un questionnaire en ligne : 5 000 entrevues devraient être réalisées de cette façon.

Documentation

Haut de page