Cheminement d’un projet routier

​​Le cheminement ministériel de réalisation des projets routiers permet de bien préparer un projet routier en établissant toutes les étapes à franchir pour qu’une intervention se réalise. Il permet également à une municipalité de savoir à quel moment précisément ses besoins sont considérés.

Le cheminement ministériel de réalisation des projets routiers est structuré en plusieurs étapes et inclut notamment la consultation des partenaires municipaux. Mieux comprendre le cycle de réalisation d’un projet routier, et conséquemment celui de la programmation routière, permet aux partenaires de suivre l’évolution des dossiers qui les intéressent et d’y prendre part, le cas échéant, de façon efficace.

Le Ministère a réalisé une capsule vidéo qui survole les différentes étapes de réalisation des projets routiers.

Inventaire des besoins sur le réseau

Une analyse du réseau routier est réalisée en continu par le Ministère afin de déterminer, entre autres, les besoins sur les plans de la sécurité et de la fonctionnalité du réseau ou de l’état de ce dernier.

Lorsque l’analyse des besoins déterminés par le Ministère est terminée, elle est associée à une analyse beaucoup plus large qui inclut les besoins de différentes parties prenantes (municipalités, riverains, municipalités régionales de comté [MRC], industrie, etc.) pour établir la nécessité d’intervention sur le réseau et définir les enjeux de mobilité à résoudre. C’est notamment à ce moment que les différentes demandes d’intervention sur le réseau sont prises en compte pour favoriser l’optimisation des ressources et des investissements. Une fois les besoins reconnus (PC0), l’étude des solutions potentielles est lancée pour déterminer celles qui y répondront en ce qui a trait à la portée, aux coûts et aux délais. À la fin de l’étude des solutions, le projet est autorisé (PC1).

Par la suite, afin d’assurer une conception viable de la solution retenue, autant en ce qui concerne les aspects techniques, économiques et financiers que le respect des règles environnementales, de nombreux intervenants techniques (ingénieurs, techniciens et professionnels) sont mis à contribution. C’est à cette étape du projet que les parties prenantes jouent un rôle déterminant, notamment pour établir les ententes et obtenir les permis requis pour la mise en œuvre du projet. Selon l’ampleur et la nature du projet, des consultations publiques doivent être tenues ou bien une étude d’impact sur l’environnement doit être réalisée.

Lorsque la construction des ouvrages est terminée, plusieurs activités doivent encore être réalisées avant qu’il soit possible de fermer le projet. C’est donc lors de la phase « évaluation » que le bilan du projet est fait et que les systèmes ministériels, tels que les systèmes de gestion des actifs, sont mis à jour. Une fois cette étape accomplie (PC7), le projet est clos, et l’infrastructure entre dans le processus de suivi, d’inspection et d’exploitation (fonctions 1, 2 et 3 de la boucle de gestion des actifs).

En tout temps, la planification pluriannuelle du Ministère peut influencer la réalisation des projets et vice-versa. En effet, tout changement dans les priorités du Ministère ou tout délai dans les différentes étapes de réalisation des projets contribuent à la mise à jour de la planification pluriannuelle. Des éléments comme les aléas naturels peuvent également influencer l’évolution des besoins en matière d’intervention.

Demandes d’intervention sur le réseau

Les directions générales territoriales reçoivent annuellement des centaines de demandes d’intervention de la part des municipalités ou des MRC situées sur leur territoire respectif. Lors de la réception d’une demande, les représentants du Ministère déterminent d’abord si elle se rattache à un projet inscrit à la planification. Dans le cas où aucun projet ne répond aux enjeux soulevés par la demande, le Ministère procède à une analyse pour confirmer et préciser le besoin sur le réseau, puis planifie l’intervention déterminée, s’il y a lieu. La municipalité ou la MRC qui a adressé la demande sera informée des intentions du Ministère par une réponse écrite officielle.

Projets majeurs d’infrastructure publique​​​​​​​

La Directive sur la gestion des projets majeurs d’infrastructure publique concerne les projets du Ministère de plus de 100 millions de dollars. Ces projets suivent néanmoins le même cheminement ministériel de réalisation, mais certains livrables supplémentaires sont nécessaires. Les deux plus importants, le dossier d’opportunité (DO) et le dossier d’affaires (DA), doivent être approuvés par le Conseil des ministres.​