Signalisation dans les municipalités

​​​​​​​​​​​​​​​​​L’environnement routier tend à évoluer notamment avec les changements d’habitudes en matière de déplacements, la venue de nouvelles construction​s adjacentes au corridor de circulation qui contribuent à l’augmentation des débits, etc. Dans certains cas, l’ajout ou la modification de dispositifs de signalisation peut favoriser le maintien de la sécurité routière.

Lorsqu’une municipalité identifie une situation problématique sur le réseau du Ministère, elle peut s’adresser à la direction générale de sa région pour que celle-ci procède à une analyse de la demande. Par la suite, des solutions seront déterminées pour répondre aux besoins et aux préoccupations de la municipalité, le cas échéant.

Avant d’introduire un nouveau dispositif de signalisation, le Ministère a plusieurs moyens pour en évaluer l’efficacité. Des projets pilotes peuvent alors être nécessaires. L’objectif principal des projets pilotes est d’évaluer l’efficacité des dispositifs testés et d’établir des critères en vue d’assurer l’uniformité de leur utilisation à l’échelle de la province.

Consultez le Tome V – Signalisation routière pour connaître l’ensemble des normes du Ministère relatives à la signalisation des routes et des voies cyclables.

Voici certains éléments concernant la signalisation routière qui sont fréquemment source de questionnements au sein des municipalités.

Aménagement de passages pour piétons

Panneau de signalisation d'un passage pour piétonsLes demandes municipales visant l’aménagement de nouveaux passages pour piétons sur le réseau supérieur sont fréquentes. Elles sont analysées par des ingénieurs afin de déterminer si l’emplacement choisi par la municipalité répond aux normes applicables.

Critères d’analyse

Quatre conditions sont prises en considération avant l’installation d’une traverse piétonne :

  1. Qu’il n’y ait pas d’autre signalisation qui gère la circulation (feux de circulation, arrêts) et qui est déjà en place à moins de 100 mètres du nouveau passage pour piétons;
  2. Que le passage soit visible à une distance égale ou supérieure à 85 mètres, pour une vitesse affichée de 50 km/h;
  3. Que la vitesse permise dans le secteur soit d’au plus 70 km/h;
  4. Que le rapport établi entre le débit horaire de piétons qui traversent sur une distance de 300 mètres à partir du lieu ciblé et le débit des véhicules qui circulent à cet endroit justifie la demande. Par exemple, pour un débit horaire de 300 véhicules sur une route comprenant 2 voies de circulation de 3,5 mètres, la norme minimale requise pour l’installation d’une traverse piétonne est de plus de 50 piétons/heure qui traversent les voies.

Débits requis et études comportementales

L’objectif principal des normes en matière de signalisation de passages pour piétons est de favoriser la sécurité des usagers. Pour cette raison, les conditions à respecter visent à assurer la crédibilité des passages pour que ceux-ci soient respectés non seulement par les piétons, mais également par les conducteurs.

L’implantation d’un passage non justifié peut entraîner différentes situations, notamment :

  • des piétons traversant où bon leur semble, puisqu’ils ne ressentent pas le besoin d’utiliser le passage;
  • une augmentation du non-respect, par des automobilistes, de l’obligation de céder le passage en raison d’un très faible achalandage de piétons à l’endroit ciblé.

Tout comme pour les panneaux de limite de vitesse sur une route, l’implantation d’un passage pour piétons doit être crédible et justifiée si on veut assurer son respect. Il ne faut pas créer de faux sentiments de sécurité en implantant un passage lorsque ce n’est pas justifié.

Sécurisation de l’emplacement choisi par la municipalité

Afin que le passage pour piétons soit le plus sécuritaire possible, la municipalité doit envisager de sécuriser l’aménagement en bordure de la route. Voici quelques exemples de bonnes pratiques complémentaires à l’application des normes :

  • aménager des aires d’attente sécuritaires pour les piétons et les personnes vulnérables, que ce soit en bordure de la route ou sur les terre-pleins (p. ex. : trottoirs, refuges);
  • raccourcir, au besoin, la largeur de la route à traverser (p. ex. : avancées de trottoirs) et éliminer ou réduire les détours et les obstacles à contourner (p. ex. : descentes);
  • s’assurer que les piétons en bordure de la route sont bien visibles des conducteurs en installant un éclairage adéquat et en éliminant les obstacles à la visibilité (p. ex. : éliminer les espaces de stationnement avant et après le passage, éliminer les distractions pour les conducteurs).

Feux rectangulaires à clignotement rapide

Feux rectangulaires à clignotement rapideLes feux rectangulaires à clignotement rapide (FRCR) font maintenant partie des options possibles, selon certains critères, pour améliorer la visibilité de la signalisation des passages pour piétons. Ce dispositif a été introduit en juin 2019 lors de la révision des normes de signalisation. L’échéance pour la mise aux normes des passages pour piétons a été fixée à 2024.

Il est possible pour une municipalité de procéder à l’installation de ce dispositif si le passage pour piétons répond aux exigences des normes. Toutefois, si la municipalité souhaite installer les FRCR sur le réseau du Ministère, elle devra attendre que celui-ci ait terminé le déploiement sur l’ensemble de son réseau. Aussi, il doit y avoir un plan de mise en œuvre conclu entre les deux parties. L’installation de l’équipement se fait alors selon les normes du Ministère et aux frais de la municipalité.

Projet pilote

Certaines solutions commerciales offertes sur le marché ne répondent pas directement aux besoins et aux exigences du Ministère. Un projet pilote est en cours, lequel devrait permettre de définir les spécifications techniques ainsi que les adaptations requises pour que les installations de FRCR correspondent aux normes du Ministère.

Ajout de panneaux « Arrêt »

Avant de procéder à l’ajout de panneaux « Arrêt », le Ministère doit d’abord évaluer si la solution est justifiée en fonction de critères d’analyse prédéterminés.

Critères d’analyse

Les critères suivants sont pris en considération avant l’installation d’un panneau « Arrêt » :

  • dans un premier temps, le Ministère prend connaissance des statistiques de débit de circulation enregistré à l’intersection ciblée. Il tient compte du rapport entre le débit de la route principale et celui de la route secondaire. Si l’écart entre les débits est trop grand, le Ministère évaluera d’autres options;
  • ensuite, il vérifie les conditions du secteur qui pourraient rendre l’arrêt nécessaire : sécurité à l’intersection, géométrie des lieux et vitesse de roulement des usagers;
  • finalement, le Ministère pourrait conclure que l’installation d’un panneau « Arrêt » est justifiée.

Comportement des usagers

Des études ont démontré l’importance de justifier la présence d’un panneau « Arrêt » pour éviter les comportements délinquants. En effet, lorsque le niveau de service à l’intersection ne justifie pas la présence d’un panneau « Arrêt », les usagers ont tendance à le trouver inutile et à moins le respecter. Tenir compte des statistiques de débit sur les deux routes qui constituent une intersection est essentiel à la poursuite de l’analyse des besoins.

Feux clignotants complétant une signalisation d’arrêt

Des feux clignotants suspendus peuvent être utilisés pour attirer doublement l’attention des usagers à une intersection où l’obligation d’arrêt doit être renforcée. Par contre, leur effet sur la sécurité reste encore mitigé. Leur installation doit donc être motivée par des conditions bien précises.

Critères d’analyse

Le Ministère prend en considération différents facteurs lorsqu’il analyse une telle demande :

  • la visibilité du carrefour et au carrefour,
  • les caractéristiques du carrefour par rapport aux attentes des conducteurs,
  • les mouvements des véhicules et le taux d’accidents à l’endroit ciblé.

Le Ministère doit conclure à la nécessité de cet équipement avant de procéder à son installation. Il pourrait aussi proposer une intervention plus adéquate, adaptée au contexte du secteur, si un problème de sécurité a été identifié.

Feux de circulation

Les feux de circulation sont utilisés pour gérer la circulation des véhicules et celle des piétons. Leur rôle est essentiel pour la fluidité du trafic.

Critères d’analyse

La décision d’installer des feux de circulation sur le réseau du Ministère est prise à la suite d’une étude approfondie des conditions du site. Cette analyse comprend des données sur le flux de la circulation, le comportement des usagers, le taux et la nature des accidents, la vitesse pratiquée par les usagers dans le secteur ciblé et les retards occasionnés par rapport à la circulation.

L’installation des feux sera justifiée si elle peut réussir à améliorer la fluidité de la circulation ou, du moins, la maintenir tout en assurant des conditions de sécurité optimales.

Il se peut que le Ministère poursuive l’analyse jusqu’à considérer l’ensemble du corridor ainsi que la géométrie des lieux, en plus des critères précédents. Après analyse, le Ministère pourrait proposer une solution mieux adaptée à l’enjeu de sécurité soulevé par la municipalité.

Bon à savoir

Avantages des feux de circulation

Le choix d’installer des feux de circulation pour régler un problème de sécurité à une intersection comporte des avantages, dont ceux :

  • d’ordonner les mouvements de la circulation;
  • de diminuer la fréquence de certains types d’accidents;
  • de créer un mouvement fluide et régulier du trafic;
  • de permettre à tous, usagers et piétons, de profiter d’un moment sécuritaire pour traverser les voies.

Inconvénients des feux de circulation

Les feux de circulation ne sont pas toujours le meilleur choix, car ils peuvent entraîner les inconvénients suivants :

  • un ralentissement de la circulation et une réduction de la capacité d’écoulement du trafic;
  • la déviation de la circulation vers des routes locales;
  • l’augmentation de certains types d’accidents, particulièrement les collisions arrière;
  • des coûts d’acquisition et d’installation;
  • la désobéissance;
  • l’augmentation des retards et du nombre d’arrêts;
  • l’augmentation de la consommation énergétique et de la pollution.

Panneaux de destination

La signalisation de destination permet d’orienter et de diriger efficacement les usagers de la route vers leur destination finale. La signalisation de destination n’est pas une forme de publicité.

Comment s’effectue le choix des villes affichées sur les panneaux de destination?

Une méthode objective de pondération de critères précis permet au Ministère de prendre des décisions appropriées concernant l’affichage sur les panneaux de destination.

Les critères pondérés sont les suivants :

  • la population : l’importance démographique d’une ville et ses services offerts;
  • la main-d’œuvre industrielle : le nombre de travailleurs dans une ville reflète l’attraction en fonction du transport de marchandises généré par les industries situées sur son territoire;
  • la capacité d’accueil touristique (hébergement) : l’attrait touristique d’une ville sera également un générateur de trafic. Un nombre élevé d’hôtels dans une région apporte un nombre élevé de visiteurs.

Pour respecter la capacité de lecture de l’usager, les noms des destinations sur les panneaux d’indication sont limités à trois.

Pour en savoir plus, consultez la page Signalisation de destination.