Radars photo en milieu municipal

​​​​​​​Depuis octobre 2015, une surveillance est réalisée au moyen de radars photo sur les réseaux routiers gérés par les villes de Montréal, de Gatineau et de Laval ainsi que les agglomérations de Longueuil et de Québec. Ces villes participent à un projet pilote de coopération municipale (PPCM).

Ces appareils ont fait leurs preuves relativement aux bénéfices sur la sécurité routière aux endroits contrôlés. Ainsi, dans le rapport annuel d’évaluation sur les radars photo intitulé Cinémomètres photographiques et systèmes photographiques de contrôle de circulation aux feux rouges, il est recommandé d’élargir l’utilisation de ces outils dans d’autres régions, municipalités régionales de comté (MRC) et municipalités du Québec.

Consultez l’information disponible sur les radars photo pour en savoir davantage sur le sujet, notamment sur le projet pilote de coopération municipale et le déploiement des appareils.

Proposition et sélection de sites

Les radars photo constituent un outil parmi d’autres pour améliorer le bilan routier, et en ce sens, ils doivent être considérés comme une solution de dernier recours. Plusieurs critères s’appliquent pour déterminer les endroits à surveiller. La pertinence de l’utilisation des appareils à un endroit précis doit être démontrée à partir de données probantes.

Plusieurs municipalités du Québec manifestent, auprès du Ministère, leur intérêt pour l’utilisation de radars photo sur leur territoire. Dans cette optique, le gouvernement sollicitera la collaboration des villes et des MRC pour faire l’inventaire des besoins lors des travaux de mise en œuvre des prochaines phases de déploiement.

Une municipalité peut toutefois soumettre une proposition de site lorsqu’elle considère qu’une situation problématique a cours relativement à des accidents liés à la vitesse ou aux passages interdits aux feux rouges. La demande doit être adressée à la direction générale de la région dans laquelle se trouve la municipalité, le tout au moyen d’une résolution municipale.

Les propositions seront consignées et considérées lors de déploiements subséquents, en fonction du nombre d’appareils disponibles. Il est à noter que pour que les propositions de site puissent être analysées, toute instance locale, par l’entremise de sa MRC, devra avoir réalisé un plan de sécurité permettant d’établir un diagnostic de sécurité routière sur son territoire. Dans le cadre du volet Planification du Programme d’aide à la voirie locale​, le Ministère offre un soutien financier aux MRC pour l’élaboration d’un tel plan.