Réhabilitation du chemin de fer de la Gaspésie

​​​​​​​​​La réhabilitation du chemin de fer de la Gaspésie (CFG) constitue un immense chantier qui vise la reprise du transport de marchandises et de passagers sur l’ensemble du réseau qui relie Matapédia à Gaspé.

Considérant le caractère stratégique d’une desserte ferroviaire dans le développement économique de la région, le gouvernement du Québec a fait de la réhabilitation du chemin de fer de la Gaspésie un projet majeur et prioritaire pour la Gaspésie. En favorisant le retour du train de passagers, le p​rojet permettra d’accroître l’offre de service du transport interurbain dans l’est du Québec.

Actuellement, seul le transport de marchandises est possible sur la portion de la voie ferrée qui relie Matapédia à Caplan. Le service de transport de passagers a été interrompu de Matapédia à Gaspé en 2013.

Échéancier des travaux

Le ministère des Transports du Québec a établi un échéancier pour la réalisation des travaux de réhabilitation du CFG. Cet échéancier prévoit les étapes suivantes :

  • 2021 : mise en service des deux ponts actuellement en construction, ce qui permettra aux trains de marchandises de circuler à plein rendement sur le tronçon déjà en exploitation, entre Matapédia et Caplan.
  • 2022 : mise en service d’une dizaine de structures qui auront été consolidées ou reconstruites.
  • 2024 : mise en service de la voie entre Gaspé et Percé pour la circulation du train touristique.
  • 2025 : mise en service de l’ensemble du réseau de Matapédia à Gaspé.

Le gouvernement du Québec s’engage à redoubler d’efforts pour optimiser cet échéancier. Des travaux sont en cours afin d’évaluer les autres gains possibles dans l’échéancier.

​Un projet ambitieux et complexe

Le gouvernement du Québec est devenu propriétaire des infrastructures ferroviaires et de l’emprise du chemin de fer de la Gaspésie en mai 2015. Il s’est alors donné comme objectif de remettre en état le réseau ferroviaire entre Matapédia et Gaspé dans les meilleurs délais et dans le respect de la sécurité des opérations.

La réalisation du projet de réhabilitation du CFG comporte de nombreux défis en raison notamment de la quantité d’infrastructures à réhabiliter ou à reconstruire. De Matapédia à Gaspé, le chemin de fer s’étend sur 325 kilomètres de voie ferrée comportant 183 passages à niveaux, 860 passages de ferme, 699 ponceaux, 33 murs de soutènement, 1 tunnel et 66 ponts dont la construction remonte pour certains à la fin des années 1800.

Le projet de réhabilitation cible le remplacement ou la réfection de structures ferroviaires considérées prioritaires pour l'exploitation du chemin de fer. Cependant, les études géotechniques menées depuis 2016 ont notamment mis à jour la nécessité de déplacer la voie ferrée à certains endroits devenus impossibles à redresser dans ce tracé déterminé il y a déjà plus de 100 ans.

En août 2019, le gouvernement du Canada a annoncé un investissement de 45,8 millions de dollars pour le projet dans le cadre du Fonds d’atténuation et d’adaptation en matière de catastrophes. Cette contribution sera mise au profit de travaux visant à contrer l’érosion et à assurer la pérennité des infrastructures ferroviaires sur l’ensemble du CFG, particulièrement sur le tronçon Port-Daniel–Gascons à Gaspé, grandement affecté par la tempête de 2016. Des enjeux importants liés aux conditions géologiques et côtières ont été constatés sur ce tronçon. Le problème de l’érosion des côtes prend également de l’ampleur en raison des changements climatiques.

Des travaux bien amorcés

Le gouvernement du Québec a annoncé, en 2017, un investissement de 100 millions de dollars pour la réhabilitation complète du chemin de fer de la Gaspésie de Matapédia à Gaspé. Le projet a été scindé en trois tronçons pour faciliter sa réalisation. Des travaux sont en cours sur chacun de ces tronçons.

Depuis juillet 2019, deux nouveaux ponts sont en construction entre Matapédia et Caplan. Leur mise en service, prévue pour 2021, permettra de maximiser les opérations de transport de marchandises qui sont aujourd’hui limitées par la capacité portante des structures actuelles.

Des travaux de maintien d’actifs devront être effectués sur l’ensemble de la voie ferrée et déjà, à la fin de la présente année, plus de 110 000 traverses auront été remplacées sur deux tronçons entre Matapédia et Port-Daniel–Gascons. D’autres travaux y sont également réalisés tels que le remplacement de rails, l’ajout de ballasts et le nivellement de la voie.

Sur le tronçon entre Port-Daniel–Gascons et Gaspé, des enjeux géotechniques et des enjeux liés à l’érosion sont en cours d’évaluation.

Le chemin de fer et les changements climatiques

La réhabilitation du CFG est une mesure prévue dans la Politique de mobilité durable du Ministère – 2030​. La reprise des activités sur l’ensemble du réseau du CFG est un objectif cohérent avec l’action du gouvernement dans la lutte contre les changements climatiques, notamment par la réduction du nombre de véhicules lourds sur les routes de la région.

Description du projet

La réhabilitation du chemin de fer de la Gasp​ésie est assujettie à la Directi​ve sur la gestion des projets majeurs d’infrastructure publique, laquelle détermine les mesures requises pour assurer la gestion rigoureuse des projets majeurs. Elle vise notamment à promouvoir les meilleures pratiques en gestion de projet afin de faire les bons choix d’investissement et se doter ainsi d’infrastructures de qualité tout en respectant les limites d’investissement établies.

Le projet de réhabilitation de la voie ferrée entre Matapédia et Gaspé, qui s’étend sur 325 km, a été divisé en trois tronçons :

  • Tronçon 1 : de Matapédia à Caplan (126 km), les travaux prioritaires ciblent le remplacement de deux ponts ferroviaires qui surplombent la rivière Cascapédia à Cascapédia–Saint-Jules. Le remplacement des ponts existants permettra de maximiser le transport des marchandises et de favoriser la reprise d’un service de transport de passagers.
  • Tronçon 2 : de Caplan à Port Daniel–Gascons (72 km), des travaux seront menés en priorité sur 13 infrastructures, dont des ponts à reconstruire et un site qui présente des enjeux géotechniques. Certaines structures devront être reconstruites et d’autres nécessiteront des réparations ou des travaux de consolidation importants pour assurer une exploitation sécuritaire.
  • Tronçon 3 : de Port Daniel–Gascons à Gaspé (127 km), des travaux prioritaires sont nécessaires pour la réhabilitation d’une vingtaine de structures et la consolidation de sites présentant des risques pour la voie ferrée, en raison de l’instabilité de falaises rocheuses ou de l’érosion côtière.

Consultez l​a carte des tronçons du projet​.

Le Ministère assure la coordination d’un bureau de suivi de la réalisation avec la communauté, auquel participent des élus de la région et des entreprises utilisatrices du chemin de fer de la Gaspésie.​

Travaux

Afin de consolider la voie ferrée et d’assurer la continuité du service ferroviaire actuel, deux types de travaux sont entrepris : le projet majeur, qui englobe les travaux de réhabilitation, notamment le remplacement des structures arrivées à la fin de leur vie utile, et le maintien des actifs, qui implique des activités d’entretien majeur de voie, comme le remplacement de traverses.

Depuis 2017, le Ministère a réalisé différentes activités de maintien des actifs sur le tronçon déjà en exploitation entre Matapédia et Caplan. Il procède aux mêmes activités de maintien de voie entre Caplan et Port-Daniel–Gascons.

Les travaux sont effectués simultanément sur les trois tronçons, mais l’avancement du projet diffère d’un tronçon à l’autre.

Tronçon 1 : de Matapédia à Caplan

Travaux en cours

  • Construction des deux nouveaux ponts à Cascapédia-Saint-Jules.
  • Études géotechniques et hydrauliques de sites vulnérables aux enjeux liés à l’érosion et à la submersion côtière.
  • Travaux de maintien des actifs.

Travaux réalisés

  • Travaux d’ingénierie servant à évaluer l’état des structures, des ponceaux et des murs de soutènement.
  • Approbation du dossier d’affaires par les autorités gouvernementales.
  • Ponts à Cascapédia-Saint-Jules :
    • Préparation des avant-projets et des plans et devis;
    • Travaux préparatoires, dont le déboisement, le déplacement de services publics et des études connexes (bruit, vibration, etc.).
  • Nombreux travaux de maintien des actifs pour assurer la continuité du service actuel, tels que :
    • Réfection du pont ferroviaire au-dessus de la rivière Kempt à Ristigouche-Partie-Sud-Est;
    • Changement de 70 000 traverses;
    • Remplacement de près de 5 km de rails boulonnés par de longs rails soudés;
    • Remplacement de selles de rail;
    • Épandage de pierres (ballast) et nivellement de la voie;
    • Amélioration des signaux lumineux aux passages à niveau.

Tronçon 2 : de Caplan à Port Daniel–Gascons

Travaux en cours

  • Élaboration du dossier d’affaires.
  • Préparation des avant-projets et des plans et devis pour les travaux sur 13 infrastructures à réhabiliter ou à reconstruire, incluant un site présentant des risques pour la voie ferrée en raison de l’instabilité de falaises rocheuses et de l’érosion côtière à Port-Daniel–Gascons.
  • Études géotechniques et hydrauliques de sites vulnérables à l’érosion et à la submersion côtière.
  • Études préparatoires pour les travaux de réhabilitation et de construction, telles que des analyses de caractérisation des sols et des études patrimoniales de structures.
  • Travaux de maintien des actifs.

Travaux réalisés

  • Travaux d’ingénierie servant à évaluer l’état des structures, des ponceaux, des murs de soutènement et d’un tunnel.
  • Maintien des actifs : remplacement de 40 000 traverses, de selles de rails et amélioration des signaux lumineux aux passages à niveau.

Tronçon 3 : de Port-Daniel–Gascons à Gaspé

Travaux en cours

  • Élaboration du dossier d’opportunité.
  • Préparation des avant-projets définitifs de deux sites présentant des risques pour la voie ferrée en raison de l’instabilité de falaises rocheuses et de l’érosion côtière à Port-Daniel–Gascons et à Douglastown.
  • Études géotechniques et hydrauliques de sites vulnérables à l’érosion et à la submersion côtière.

Travaux réalisés

  • Travaux d’ingénierie servant à évaluer l’état des structures, ponceaux et murs de soutènement.
  • Études préparatoires aux travaux de réhabilitation et de construction, telles que des analyses de caractérisation des sols et des études patrimoniales de structures.
  • Préparation des avant-projets préliminaires des sites présentant des risques pour la voie ferrée en raison de l’instabilité de falaises rocheuses et de l’érosion côtière à Port-Daniel–Gascons et à Douglastown.
  • Empierrement du site du Banc de Pabos.

Documentation